À propos de l'auteur : Antoine Char

Catégories : International

Partagez cet article

Catherine Saouter

Tremblement politique au Pérou en décembre dernier. Le président de gauche Pedro Castillo soupçonné de corruption et accusé de rébellion après une tentative manquée de putsch est emprisonné. En six ans, ce pays andin a connu six chefs d’État. Ces crises politiques à répétition font ressortir ceci : plus d’une trentaine d’années après la fin des dictatures au sud du Rio Grande, la démocratie, sociale surtout, a du mal à prendre racine.

Antoine Char

Les régimes autoritaires, oligarchiques, militaires … bref les dictatures, les Latino-Américains connaissent. Et parfois lorsque la démocratie est au rendez-vous, elle s’éclipse presque aussitôt : au cours des années soixante, une douzaine de présidents arrivés au pouvoir dans les règles de l’art ont été renversés par des golpes.

Les coups d’État aujourd’hui sont rares, mais au sud du Rio Grande, les gouvernements « du peuple, par le peuple, pour le peuple » (Abraham Lincoln) sont-ils pour autant bien en selle ?

Pas plus qu’ailleurs. La moitié des démocraties dans le monde sont en déclin a encore rappelé en décembre l’Institut international pour la démocratie et l’assistance électorale (IDEA), un think-thank basé à Stockholm.

« Je pense que la crise de la démocratie s’observe également en Amérique latine. La dérive autoritaire au Salvador, au Nicaragua ou au Venezuela en atteste » , estime Thomas Posado, docteur en science politique de l’université Paris-8 (échange de courriels).

Pour le chercheur français, la tentation autoritaire reste « vive » après l’euphorie démocratique des années 1990.

Aujourd’hui c’est le grand désenchantement et comme un peu partout dans le monde, cela s’illustre par une participation électorale en berne.

Régimes hybrides

En Amérique centrale, on assiste à la naissance de régimes hybrides, mi-démocratiques, mi-autoritaires rongés par la corruption, la misère et des taux d’homicides qui classent cette région parmi la plus violente au monde.

Une exception : le Costa Rica, l’une des plus anciennes démocraties d’Amérique latine. Petite province de l’empire espagnol, le pays fut d’abord négligé par l’Espagne. Ses habitants, presque abandonnés à eux-mêmes, mirent petit à petit sur pied une société fortement imprégnée de démocratie et de volonté d’indépendance *. En 1948, cette « Suisse d’Amérique centrale » d’un peu plus de cinq millions d’habitants a été l’un des premiers pays au monde à avoir aboli son armée.

Dans les 18 autres États du sous-continent, les militaires ont longtemps pris le pouvoir au nom de la « sécurité nationale », souvent avec la bénédiction des États-Unis.

Ainsi, la SOA (School of Americas), créée en 1946 dans la zone américaine du canal de Panama et fermée en 2000 par Bill Clinton, forma plus de 60 000 militaires à la « lutte anti-subversive ». Un exemple parmi d’autres : la Colombie, longtemps troisième destinataire de l’aide militaire américaine après Israël et l’Égypte. Pourquoi ? Pour en finir avec Pablo Escobar et Cie et la plus vieille guérilla du monde, les Forces armées révolutionnaires de Colombie. Les FARC, longtemps financées par les narcodollars, ont été la principale guérilla communiste du sous-continent.

Le narcotrafic a aujourd’hui l’accent mexicain et la « paix totale » avec les guérilleros reste illusoire, mais au pays de Gabriel Garcia Márquez, comme partout ailleurs en Amérique latine, il n’y a plus de conflits armés, contrairement à l’Europe, à l’Afrique et à l’Asie.

Si les militaires restent « sagement » dans leurs casernes depuis une trentaine d’années, ils ne sont jamais loin dans la vie politique. Au Brésil, plusieurs généraux étaient membres du cabinet ministériel de Jair Bolsonaro, le président d’extrême-droite, battu en octobre dernier par le socialiste Luiz Inácio Lula da Silva. Ne reconnaissant pas la victoire de ce dernier, des milliers de bolsonaristes ont envahi le palais présidentiel, la Cour suprême et le Congrès le 8 janvier. Un remake du 6 janvier 2020 à Washington.

Un peu plus au sud, en Argentine le pays de Lionel Messi reste profondément divisé entre péronistes et anti-péronistes (du nom de l’ancien président Juan Perón). Rappelons que lors de leur pire crise économique au début du siècle, les Argentins ont vu se succéder cinq présidents en … un mois à la fin de 2001.

Pérou, « un cas d’école » 

Au Pérou, tous les présidents ayant dirigé ce pays andin entre 1985 et 2020 ont été forcés de démissionner pour des affaires de corruption. Alberto Fujimori (1990-2000), le plus connu, avait été condamné en 2009 à 25 ans de prison. Il a été libéré en mars dernier.

Celui qui l’a remplacé dans le même cachot est Pedro Castillo, le président de gauche soupçonné de corruption et accusé de rébellion après une tentative manquée de putsch. Arrêté le 7 décembre, il a été destitué après avoir voulu dissoudre le Parlement et annoncé vouloir gouverner par décrets.

« Le Pérou est un cas d’école. Le système partisan est déconnecté du vécu des populations les plus modestes. Voter n’a plus de sens », explique dans un échange de courriels, Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur associé à l’IRIS (Institut de Relations Internationales et stratégiques), un think-thank français.

« Le Parlement n’ a pas de légitimité. On assiste depuis plus de 20 ans à un jeu de massacre électoral et institutionnel dont le dénominateur commun est ce mot d’ordre déjà entendu ailleurs, « Que se vayan todos » (Qu’ils partent ou dégagent tous) »

Ce ras-le-bol social a fait tache d’huile du Rio Grande à la Terre de Feu. Si les libertés fondamentales ont été retrouvées, elles n’ont pas été accompagnées par la démocratie sociale. Et c’est là le maillon faible de la très grande majorité des pays latino-américains.

« La faible croissance économique, l’endettement extérieur, la désagrégation sociale (augmentation de la pauvreté, de la malnutrition, du travail informel), la perpétuation du racisme social et de couleur (anti-indien dans les Andes, anti afro-descendants au Brésil, en Colombie et au Pérou) — sapent la crédibilité de la démocratie », note encore Kourliandsky.

Si l’époque des coups d’État est chose du passé en Amérique latine, les sorties de route des démocraties du sous-continent montrent qu’elles sont plus en panne que jamais.

* https://www.irenees.net/bdf_fiche-analyse-561_fr.html

Recette démocratique

Pour être classé comme une démocratie, un pays doit obtenir un résultat d’au moins 0,4 sur une liste d’indicateurs, tels que le respect des droits fondamentaux, l’existence d’un gouvernement représentatif et d‘une administration impartiale, la participation politique et le contrôle effectif du pouvoir exécutif. Il doit également avoir des élections compétitives.

La moitié des démocraties dans le monde sont en déclin.

La guerre en Ukraine, la pandémie de la Covid ou encore la hausse du coût de la vie sont autant de crises qui ont tiré vers le bas les régimes démocratiques dans le monde cette année.

Aux États-Unis, « les menaces contre la démocratie persistent après la présidence Trump, illustrées par la polarisation et le recul de droits établis de longue date, comme l’annulation de Roe v. Wade sur le droit à l’avortement ».

(Source : IDEA)

Laisser un commentaire

Autres articles

  • Un pas en avant, deux pas en arrière. Difficile de résumer autrement 24 mois de conflit en Ukraine. Russes et Ukrainiens ont beau multiplier leurs offensives tout au long de la ligne de front, rien ne bouge vraiment. C’est la guerre des tranchées. Une guerre d’usure. À qui finira-t-elle par profiter ?

    S’il ne peut y avoir de victoire absolue, ni d’un côté ni de l’autre, alors comment se terminera la boucherie déclenchée par l’invasion russe du 24 février 2022 ? Difficile à dire, mais plusieurs points se dégagent.

  • Ce dimanche 4 février une  grande manifestation, contre les migrants dans une préfecture française. Ce département à voté à 60 % en faveur de Marine Le Pen à la dernière élection présidentielle, rien donc de bien surprenant. Par contre on peut s’étonner du fait que la population ici soit à 95 % musulmane. De plus, parmi ceux qui manifestent énergiquement contre l’insécurité et l’immigration clandestine, on ne discerne guère de visage de souche européenne.

  • Il faut voir la Statue de la Liberté de très près pour constater que son talon droit est levé.

    Le guide a expliqué que cela signifie que la Liberté est en marche.

    Il n’a pas répondu à la question facétieuse du touriste : vers l’avant ou vers l’arrière ?

  • Même si les morts s’y comptent par dizaines de milliers, le conflit dans la bande de Gaza ne trouble pas trop le reste de la planète, pas plus qu’il n’affecte, à lui seul, le rythme mondial des affaires. On en a déjà vu d’autres dans cette poudrière-là, diront les cyniques et les fatalistes. 

    Il en est autrement à 2300 kilomètres au sud, dans le détroit de Bab el-Mandeb qui ouvre (ou qui ferme) la mer Rouge au reste du «grand bleu» et aux navires qui sillonnent ce dernier: les missiles que s’échangent les miliciens houthis, qui sont maîtres de l’ouest du Yémen depuis 2015, et une coalition mise en place par Washington et Londres ont fait relativement peu de victimes jusqu’ici mais ils ont perturbé plus de 10 % du transport maritime mondial et 35 % de celui qui passe par le canal de Suez.