Populisme

Populisme2024-02-13T18:21:41+00:00

décembre 2023

En Argentine, d’un drame à l’autre

Par |décembre 2023|International|

Un an après l’euphorisante victoire de l’Albiceleste à la Coupe du Monde de soccer (football) au Qatar, les Argentins déchantent. Les élections de novembre dernier ont sacré l’économiste Javier Milei, autoproclamé anarcho-capitaliste,   président de l’Argentine, fonction qu’il occupe désormais officiellement. Une victoire électorale à la fois étonnante, pour ce nouveau venu en politique, assortie d’une cuisante défaite pour le parti péroniste au pouvoir depuis quatre ans. Tentons une explication de cette victoire de l’ultra-droite et essayons de dégager quelques perspectives d’avenir pour ce pays meurtri.

Giorgia Meloni garde le cap

Par |décembre 2023|International|

Beaucoup d’observateurs craignaient qu’une fois élue, Giorgia Meloni n’adopte une ligne dure dans sa gestion du pays. Après un peu plus d’an au pouvoir, la première femme à diriger l’Italie, à la tête du gouvernement le plus à droite depuis la Seconde guerre mondiale, a plutôt opté pour la modération, dans un contexte difficile.

septembre 2023

Le gros bon sens : Attention danger !

Par |septembre 2023|Canada|

La scène est inouïe. Au cours d’un vol commercial à destination de Calgary qui ramène les militants du Parti conservateur qui ont tenu leur congrès à Québec, leur chef, Pierre Poilievre, empoigne le microphone de cabine pour galvaniser ses troupes en martelant son slogan de campagne : « Qui est prêt pour Le gros bon sens ? ». Une anecdote qui, paradoxalement, est à l’inverse de ce à quoi on devrait s’attendre de ce qu’on appelle le gros bon sens.

octobre 2022

Populisme, vous dites ?

Par |octobre 2022|International, Société|

Qu’est-ce que le populisme ? Il y a des notions dont on connaît empiriquement l’existence, mais dont les contours restent trop flous pour être définis. Lorsqu’en 1964 le film Les Amants de Louis Malle fut accusé d’obscénité, le juge Potter Stewart avouant son incapacité de donner une définition de la pornographie se contenta d’affirmer « I know it when I see it ! ». (Par bonheur, Il n’en avait pas vu dans ce film…).

Retour sur une campagne aux accents populistes

Par |octobre 2022|Québec|

Le 3 octobre dernier, la Coalition avenir Québec (CAQ) a remporté une écrasante victoire au terme d’une campagne électorale ponctuée de déclarations controversées en lien avec l’immigration, les immigrants et le déclin du français, élargissant du coup le fossé entre Montréal et le reste du Québec.

Les araignées de la Toile

Par |octobre 2022|Médias|

Dans leurs bulles médiatiques, ils sont prisonniers de leurs certitudes. De leurs convictions. De leurs dogmes. Les réponses recherchées à la complexité du monde sont rapides et surtout simples. Sur les réseaux sociaux, le populisme numérique, de droite comme de gauche, triomphe avec ses « sans voix » et ses « informations ».

Science pop et populisme scientifique

Par |octobre 2022|Société|

La Terre tourne finalement autour du Soleil, mais il n’en fut pas toujours ainsi. D’illustres personnages comme Nicolas Copernic, Giordano Bruno, Galileo Galilei ou encore René Descartes l’ont appris douloureusement, soit sur le bûcher ou en censurant leurs travaux. De tous temps, la science s’est heurtée aux croyances des époques, aux diktats des autorités ou encore aux simples réponses du « gros bon sens ». Aujourd’hui toutefois, les inquisiteurs ne se drapent plus de soutane. Il leur arrive même de porter le sarrau blanc.

La nouvelle passionaria de l’Europe

Par |octobre 2022|International|

Le 25 septembre dernier, Giorgia Meloni a remporté la victoire qu’elle espérait. La coalition de droite, formée des partis Fratelli d’Italia, La Ligue et Forza d’Italia, a obtenu 43,82 % des voix. À lui seul, Fratelli d’Italia, que préside Mme Meloni, a recueilli 26 % des suffrages. Sur une Chambre qui comprend 400 députés et 200 sénateurs, la coalition a fait élire 237 députés et 115 sénateurs.

Le fascisme a 100 ans

Par |octobre 2022|International|

Le 24 octobre 1922, lors d’un rassemblement fasciste tenu à Naples Benito Mussolini formula la menace suivante : « Ou ils [NDLR: le roi et les parlementaires) nous donnent le gouvernement, ou on le prend en allant à Rome. » Afin d’effrayer durablement Victor-Emmanuel III et les élus de la chambre et du sénat, les chemises noirs prirent le pouvoir à Crémone, Florence et Pise dans les 48 heures suivant la déclaration de Mussolini.

Aller en haut