À propos de l'auteur : Valerian Mazataud

Catégories : Photographies

Partagez cet article

Valérian Mazataud

Une jeune ukrainienne durant un entraînement militaire réservé aux femmes, à Kharkiv dans l’est de l’Ukraine, en février 2022. Le projet d’autodéfense féminine Garda avait entre autre pour objectif de former les femmes de la région au maniement des armes à feu. Le 24 février 2024 marque les deux ans de l’invasion russe de l’Ukraine. Temporairement occupée par la Russie, la région frontalière de Kharkiv est reprise par les forces ukrainiennes en octobre 2022, mais subit depuis d’incessantes attaques de la part de la Russie. Les femmes sont les premières victimes collatérales du conflit militaire. Dès la fin 2022, l’ONU reconnaissait que « les violences sexuelles étaient une  » tactique délibérée  » des forces russes ».

Laisser un commentaire

Autres articles

  • 20 mai 2020. Hôpital mobile de LaSalle, où sont traités des patients atteints de la COVID-19. L’infirmière auxiliaire Marie Alexis est au chevet d’une patiente très affaiblie. « J'aime beaucoup ce que je fais, mais il faut vraiment avoir la vocation », témoigne-t-elle. Engagés dans un mouvement de grève depuis la fin octobre 2023, les 80 000 membres de la FIQ  (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec) ne sont toujours pas parvenus à un accord avec le gouvernement du Québec concernant l’amélioration de leurs conditions de travail.

  • Février 2017, Trois-Rivières. Un porte-conteneurs se fraie un chemin dans l’épaisse brume qui recouvre la voie navigable du Saint-Laurent au petit matin. C’est aux brise-glaces de la Garde côtière canadienne de s’assurer que les 320 km de la voie navigable sont libres de glace durant l’hiver. Cependant, leur travail est de plus en plus facilité par les changements climatiques avec un couvert de glace qui ne cesse de diminuer sur le fleuve. En 2023 la superficie glacée du fleuve était quatre fois moindre qu'à l’habitude. « Nous sommes sur le point de passer le cap où les hivers avec un couvert de glace devraient être l’exception plutôt que la règle », prévenait Peter Galbraith, chef de section de la dynamique des écosystèmes à Pêches et Océans Canada, dans Le Devoir en février 2023.

  • Septembre 2012, le camp de réfugiés syriens de Zaatari, dans le nord de la Jordanie. Avec la Turquie et le Liban, le royaume hachémite héberge toujours près de 700 000 réfugiés syriens, dont la majeure partie (plus de 80 %) hors des camps. Si la Syrie, et Bachar el-Assad, sont peu à peu « normalisés » sur la scène mondiale, les réfugiés syriens  se retrouvent dans l’angle mort de l’aide internationale sans pour autant souhaiter retourner dans leur pays ravagé par une guerre civile qui a fait au moins un demi-million de morts en une décennie. Un dilemme qui n'est pas sans rappeler le sort des réfugiés palestiniens de 1948, à la création d’Israël, dont plusieurs centaines de milliers ont trouvé refuge en Jordanie.

  • Sderot, Israël, décembre 2009.Une jeune femme regarde en direction de Gaza depuis la ville israélienne de Sderot, voisine immédiate de l'enclave palestinienne. La ville était une des premières cibles lors de l'attaque de militants du Hamas le 7 octobre. Tôt samedi matin, deux véhicules chargés d'hommes en armes sont entrés dans la ville et ont commencé à tirer à l'aveugle, tuant plusieurs dizaines d'habitants.