À propos de l'auteur : Serge Truffaut

Catégories : International

Partagez cet article

Serge Truffaut

Dans les semaines antérieures à l’élection présidentielle française, bien des hypothèses sur l’inévitable reconfiguration de l’horizon politique du pays étaient débattues au sein des états-majors des partis comme des salles de nouvelles sans oublier les allées des marchés. Des hypothèses en question, aucune n’avait évoqué celle qui est devenue une réalité : le mariage de la carpe et du lapin.

C’est pourtant cela, cette association contre nature entre les écologistes, les communistes et les socialistes d’un côté et lLa France Insoumise de l’autre, qui a été scellée dans les premiers jours du mois de mai. Sur le fond, l’économie mise à part, tout les oppose.

Dénominateur commun

Sur l’Union européenne, sur l’OTAN, sur Poutine, sur le nucléaire et autres sujets ou fronts politiques, il n’existe aucun dénominateur commun entre les quatre formations rassemblées désormais sous la bannière de l’Union populaire écologique et sociale (NUPES). En d’autres termes, le PS, le PCF et les écologistes ont bradé les principes qui les distinguent entre eux pour le fonds de commerce. Bref, les élus impliqués se sont métamorphosés en épiciers.

Sur l’Europe, sujet central, Olivier Costa, directeur de recherche au CNRS, souligne, dans une tribune publiée par Le Monde : « Il est par ailleurs logique que la France insoumise (LFI) forte de son score au premier tour de la présidentielle, soit prédominante face à deux partis en difficulté.

On peut néanmoins s’étonner de les voir s’aligner sur un programme eurosceptique. Il a été édulcoré, mais l’objectif reste de « désobéir » délibérément – et non pas du fait d’une situation intenable -, à de nombreuses normes européennes. »

Démocratie entre parenthèses

Sur l’Europe, on retient que le patron de La France insoumise n’a ni le courage, ni la franchise de son opinion : il reste en son sein alors qu’il n’en veut pas. Il veut effectuer un « Frexit » sans demander aux citoyens français ce qu’ils en pensent.

Bref, contrairement à Dave Cameron, l’ex-premier ministre britannique qui avait organisé un référendum sur le sujet, Mélenchon entend maintenir la démocratie, s’il devient premier ministre comme il en a l’ambition, entre parenthèses.

Ce qu’il entend faire avec l’Europe, Mélenchon l’entend le faire avec l’OTAN. Il souhaite sortir la France du commandement intégré. De ce côté-ci de l’Atlantique, il y a de quoi être effaré par le peu de cas que les médias français ont fait de la bienveillance, voire l’admiration, de Mélenchon pour Poutine. Alors que les deux ont ceci en commun : la haine des journalistes. À cet égard, on rêve du jour où la patron de LFI sera interrogé par un journaliste sur les journalistes russes assassinés et emprisonnés.

Avantages pécuniaires

Tous ces hommes et ces femmes dits de gauche étant devenus des boutiquiers plus préoccupés à préserver la rente que leur procure cet État honni – ils brandissent jour après jour le spectre de la 6e République, mais se glissent dans les avantages, notamment pécuniaires, que procurent la 5e, une fois en poste -, ils se sont partagés la géographie électorale.

Tout logiquement, LFI, fort du score obtenu ou plutôt fort de la faiblesse du PS, EECLV et du PCF, s’est réservée la part du gâteau. Dans la grande majorité des circonscriptions, seuls ses candidats seront inscrits sur les listes. Comme il fallait s’y attendre, cette répartition électorale s’est rapidement muée en foire d’empoigne.

À Marseille d’abord et à Paris ensuite, des candidats du PS et du PCF ont refusé de se désister au profit de LFI. Autrement dit, les boutiquiers se chicanent comme des chiffonniers. Dans le cas de Marseille, le maintien du PCF a permis la mise en relief d’un fait politique local riche en enseignements : Mélenchon, député des environs, a trouvé le moyen de s’aliéner l’ensemble de la gauche locale.

À Paris, le maître de LFI a mis en lumière sa ferme volonté d’humilier le PS en général et la mairesse Anne Hidalgo en particulier. Il a refusé aux socialistes le soin de présenter un candidat dans les 20 circonscriptions de la capitale. On insiste : 0 sur 20 ! Il n’en fallait pas moins pour que le vent de la dissidence commence à souffler. Ce qui a été constaté dans le XXe arrondissement.

Tambouille électorale

À l’extrême-droite et à droite, la préparation pour les législatives a été plutôt sobre, voire silencieuse. En tout cas, ce fut et ça reste le cas du Rassemblement national. Marine Le Pen, la patronne de cette formation, s’est mise au vert laissant le soin à ses lieutenants de manier la tambouille électorale.

Au sein du parti Les Républicains, des grincements de dents se sont fait entendre à la suite de la défection de certains notables, comme Éric Woerth, partis rejoindre la formation du président Macron, soit évidemment La République en marche. Mais sur ce flanc, le maintien du front républicain si cher à Jacques Chirac tient la route : il n’y a aucune négociation avec l’état-major du Rassemblement national.

À moins qu’un chapelet d’erreurs soit commis d’ici les législatives du 12 et du 19 juin, La République en marche devrait récolter une majorité de sièges. Cela étant, le morcellement politique des partis dits de gouvernement et la montée en puissance de la gauche dite radicale laissent entrevoir des lendemains politiques corsés. C’est le moins que l’on puisse dire.

Laisser un commentaire

Autres articles

Voir tout
  • C’est le choc malgré le caractère on ne peut plus prévisible de l’évènement. Pourquoi ? Réponse sous forme de question : combien de fois avons-nous entendu ce genre de phrase au cours des derniers jours: « Je n’ai pas connu d’autre reine qu’Élisabeth » ou, si on est indifférent a sa mort (ou si on fait semblant) : « Je n’en ai pas connu d’autre que celle-là .» Surtout si on est un baby-boomer et… God knows qu’on en compte quelques uns au pays du Québec.

    Continuer la lecture
  • On a dit que ce jeudi 8 septembre le vingtième siècle s’est fait reléguer définitivement à la place qui lui revient: dans les livres d’Histoire. Rarement la mort que chacun savait imminente, d’une très vieille dame qui n’a pratiquement jamais exprimé en public une opinion ou un sentiment sur quoi que ce soit, n’a généré, une telle vague d’émotions chez des gens qui ne l’ont jamais rencontrée.

    Continuer la lecture
  • Professeur associé à l’université nationale Académie Kyiv-Mohyla de Kyiv, fondée en 1615, Mychailo Wynnyckyj a été conseiller du ministre ukrainien de l’Éducation  et des Sciences. Né à Kitchener, en Ontario, il vit depuis 2003 à Kyiv avec son épouse et leurs quatre enfants. Contacté par courriel, il raconte …

    Continuer la lecture
  • Des émeutiers qui envahissent un Palais présidentiel et qui s’ébattent joyeusement dans la piscine de leurs adversaires, on avait déjà vu pareil spectacle en Ukraine et au Sri Lanka. Le 29 août dernier, c’était au tour de l’Irak de vivre son moment piscine, avec l’irruption des partisans du leader populiste Moqtada al-Sadr dans la « Zone verte », le camp retranché du pouvoir depuis l’invasion américaine de 2003.

    Continuer la lecture