À propos de l'auteur : Jean-Claude Bürger

Catégories : International

Partagez cet article

Daily News Hungary

Budapest, 1956 : au son des cliquetis des chenilles des blindés de Moscou.

Jean-Claude Bürger

C’était le 4 novembre 1956,  Radio Budapest tenue par les insurgés, rendait compte en direct de la progression des troupes soviétiques dans la ville . Budapest qui s’était crue un temps libérée du joug du « grand pays frère », se réveillait au son sinistre des moteurs et des cliquetis des chenilles des blindés de Moscou. L‘insurrection qui avait commencé 18 jours plus tôt avait, dans un premier temps, forcé les chars soviétiques à se replier hors de la capitale. 

Mais le 4 novembre il n’était pas nécessaire de connaître la langue hongroise pour saisir l’angoisse dans la voix des journalistes qui faisaient en direct le point sur la situation : ils entendaient en bas les forces russes pénétrer dans la station, pour eux il n’y avait plus d’espoir. 

L’émission fut brutalement interrompue. Dans le silence qui suivit, mon père qui traduisait pour nous tout ce que diffusait la radio hongroise depuis le début des événements laissa tomber avec une tristesse et une résignation que je ne lui avais jamais connues : « C’est fini ! ». J’avais 11ans. Quelque part en Russie, le petit Vladimir Poutine en avait quatre.

Pendu

La révolution hongroise se terminait de façon tragique. Moscou qui avait feint d’accepter de négocier, rompit le cessez-le-feu, arrêta les négociateurs hongrois. Leur chef Pal Malèter fut pendu 20 mois plus tard, en même temps que Imre Nagy le chef du gouvernement vaincu.

Pourtant trois jours avant l’invasion de la capitale, l’ambassadeur soviétique Youri Andropov avait assuré à ce dernier que ses troupes n’avaient pas l’intention d’attaquer alors qu’il était parfaitement au courant du plan du Politburo : Moscou ne pouvait accepter la perspective que la Hongrie quitte le pacte de Varsovie.

La presse occidentale glorifiait les insurgés. Radio Free Europe, financée par le Congrès américain, les avait encouragés. Mais malgré les bons mots, personne n’intervint pour défendre ce petit pays où à la fin de la guerre les communistes avaient recueilli moins de 20 % des voix.

En cette fin de février, comment ne pas avoir en tête la maxime : « L’histoire ne se répète pas, elle bégaie . »

Même jeu d’échec

Difficile de dire combien de temps Kiev pourra résister. Poutine pratique le même jeu d’échec que jadis Nikita Khrouchtchev. Il vise la tête, l’échec et mat. Au moment où j’écris (26 février) l’espérance de vie du président Zelenski incite aux pronostics les plus sombres.

La duplicité, la brutalité, le non-respect des accords internationaux ne sont pas l’apanage des Russes. Donald Trump qui trouve « smart » les tactiques de Poutine, a ses chances aux prochaines élections. On peut multiplier les exemples d’interventions armées américaines dans des pays étrangers aux régimes qui leur déplaisent.

La raison du plus fort préside depuis longtemps aux relations internationales. La fable du loup et de l’agneau n’a pas été écrite hier et Poutine ne demande pas à être aimé, il veut être craint. Il n’est cependant peut-être pas aussi invulnérable à l’opinion qu’il le pense. Parfois un agneau enragé mord le loup qui l’égorge et l’entraîne dans sa fin.

Laisser un commentaire

Autres articles

Voir tout
  • C’est le choc malgré le caractère on ne peut plus prévisible de l’évènement. Pourquoi ? Réponse sous forme de question : combien de fois avons-nous entendu ce genre de phrase au cours des derniers jours: « Je n’ai pas connu d’autre reine qu’Élisabeth » ou, si on est indifférent a sa mort (ou si on fait semblant) : « Je n’en ai pas connu d’autre que celle-là .» Surtout si on est un baby-boomer et… God knows qu’on en compte quelques uns au pays du Québec.

    Continuer la lecture
  • On a dit que ce jeudi 8 septembre le vingtième siècle s’est fait reléguer définitivement à la place qui lui revient: dans les livres d’Histoire. Rarement la mort que chacun savait imminente, d’une très vieille dame qui n’a pratiquement jamais exprimé en public une opinion ou un sentiment sur quoi que ce soit, n’a généré, une telle vague d’émotions chez des gens qui ne l’ont jamais rencontrée.

    Continuer la lecture
  • Professeur associé à l’université nationale Académie Kyiv-Mohyla de Kyiv, fondée en 1615, Mychailo Wynnyckyj a été conseiller du ministre ukrainien de l’Éducation  et des Sciences. Né à Kitchener, en Ontario, il vit depuis 2003 à Kyiv avec son épouse et leurs quatre enfants. Contacté par courriel, il raconte …

    Continuer la lecture
  • Des émeutiers qui envahissent un Palais présidentiel et qui s’ébattent joyeusement dans la piscine de leurs adversaires, on avait déjà vu pareil spectacle en Ukraine et au Sri Lanka. Le 29 août dernier, c’était au tour de l’Irak de vivre son moment piscine, avec l’irruption des partisans du leader populiste Moqtada al-Sadr dans la « Zone verte », le camp retranché du pouvoir depuis l’invasion américaine de 2003.

    Continuer la lecture