À propos de l'auteur : Paul Tana

Catégories : Cinéma

Partagez cet article

Guslagie Malanda dans le rôle de Laurence Coly ( nom de Fabienne Kabou dans le film ).

Saint Omer d’Alice Diop : premier film de fiction de cette cinéaste française fille d’immigrants sénégalais. Il est tiré d’un fait réel : Fabienne Kabou, une jeune étudiante en philosophie d’origine sénégalaise à Paris, tue son bébé de 15 mois en l’abandonnant sur la plage de Berck-sur-Mer à la marée montante  le 19 novembre 2013. La réalisatrice a basé le film sur les actes du procès qui a eu lieu à Saint-Omer. C’est un film à la fois remarquable et maladroit.

Paul Tana

D’un côté le procès : dans la salle d’audience la réalisatrice filme avec de longs plans fixes les témoignages des protagonistes : la jeune femme accusée, le père de l’enfant (bien plus âgé qu’elle), la juge, les procureurs … Il y a une telle vérité dans le jeu de ces acteurs que peu à peu, de cet espace austère et lisse, de la fixité de ces plans  surgit un monde dont la complexité nous trouble profondément : il n’y a pas de réponse précise, claire, nette, rassurante en ce qui a trait aux motivations de l’infanticide.

Le procès, est la remarquable réussite du film.

Avec la romancière qui le suit, qui est en quelque sorte le double de la cinéaste car c’est elle qui nous y amène, le film devient plus maladroit. Et cela à cause des citations (Duras /  Hiroshima mon amour,  Pasolini /  Medea ) qui devraient donner au film/procès  une élévation artistico-philosophique, mais qui le font glisser , un tant soit peu, bien malheureusement, vers  un didactisme réducteur.

Le procès, ses protagonistes, se défendent très bien par eux-mêmes et n’ont vraiment pas besoin de ces références, si nobles soient-elles, ni du personnage longiligne et approximatif de la romancière qui peu à peu s’identifie à la jeune mère infanticide.

Moins de Pasolini-Duras

Pour rendre ce processus   vraiment intéressant il aurait fallu l’incarner davantage au plan dramaturgique : moins de Pasolini-Duras  et plus d’actions significatives, justes, réelles, claires définissant /caractérisant notre romancière.

Wittgenstein , qui est le philosophe  auquel s’intéresse l’accusée qui était étudiante en philosophie à l’université, est/semble être au cœur même de cette histoire .

La sorcellerie dont l’accusée se dit victime, (quelqu’un au Sénégal a lancé contre elle les forces occultes qui l’ont poussée à l’infanticide), appartient à sa culture  tout autant que le philosophe et leur cohabitation dans sa tête et son cœur créent un amalgame indicible, douloureux et  énigmatique :  « Tout ce dont on ne peut parler, il faut le taire . » C’est devant cette ultime proposition de Wittgenstein, à la fin de son traité, que semble vouloir nous amener le film : pourquoi cette jeune femme a fait ce qu’elle a fait ?

Mais je ne sais pas si c’est vraiment clair cette dimension du film.

Dans la vraie vie, à la fin du procès, la jeune femme infanticide, est condamnée à 20 ans de réclusion criminelle, puis en appel  en 2017 sa peine est commuée à 15 ans …

À la fin du film, la peine, le crime (un bébé est mort sur une plage) deviennent presque des éléments d’arrière-plan : pourquoi ?

Le film appartient tout naturellement au genre « film de procès » et il y a peut-être la volonté de la cinéaste d’échapper à cette évidence : « Mon film est plus qu’un simple film de procès », c’est ce qu’elle semble vouloir affirmer … mais au cinéma, l’évidence du réel , nous rattrape constamment et met en péril toute fabulation trop abstraite, forcée.

C’est un peu le piège involontaire qui fait trébucher notre cinéaste  et qui rend son film, avec/malgré toutes ses qualités, un peu maladroit.

Il reste que Saint-Omer est à voir, on ne peut plus !

Étoiles : ***

 

Laisser un commentaire

Autres articles

  • Je suis allé voir Ru au cinéma Star Cité, dans l’est de Montréal, à l’ombre du stade Olympique et Ferrari au Cinéplex Forum, dans l’ouest, avec dans le hall d’entrée la statue en bronze du mythique Maurice Richard.

    Ce sont de belles salles, un peu fanées mais confortables et aux antipodes l’une de l’autre comme les films que j’y ai vus.

    En même temps ces deux films, aux sujets et thèmes si différents, ont quelque chose en commun : une certaine incapacité à tendre vers le sublime.

  • L’autre soir, à contrecœur ou presque, je suis allé voir « Les feuilles mortes » de Aki Kaurismaki !

    Après la projection je suis sorti de la salle 3 du Cinéma du Parc enchanté !

    Ansa (Alma Pöysti) et Holappa (Jussi Vatanen), les deux protagonistes, sont des personnages emblématiques du monde de Kaurismaki : humbles ouvriers, résignés et seuls : Holappa est sableur et perd son emploi à cause de son alcoolisme, il devient travailleur de la construction et perd à nouveau son emploi pour la même raison. Ansa est préposée aux aliments dans un supermarché. Mise à la porte pour des raisons absurdes elle vogue ensuite de jobine en jobine.

  • J’ai vu la semaine dernière au Cinéma Moderne, la salle d’art et d’essai du Boulevard St-Laurent, Il sol dell’avvenire (Vers un avenir radieux) de Nanni Moretti.

    J’ai toujours trouvé un peu fou que dans une aussi petite salle on doive choisir et réserver sa place vu que le rapport à l’écran de la cinquantaine de spectateurs qu’elle contient est à peu près le même pour tous à quelques degrés près…Mais c’est ça qui est ça !

  • Sophia, une prof de philosophie, (Magalie Lépine-Blondeau) début quarantaine et fort jolie, donne un cours qui pourrait s’intituler : « L’amour vu par... ». Elle y expose la conception de l’amour chez les grands philosophes de l’histoire : Platon, Spinoza et les autres. Elle enseigne à l’université du troisième âge : rien de trop stressant comme travail. Calme plat aussi du côté de son mariage : elle et Xavier, son mari, font chambre à part : c’est tout dire de l’état de leur relation.