À propos de l'auteur : Jean-Claude Bürger

Catégories : International

Partagez cet article

Wikipedia

Jean-Claude Bürger

On a dit que ce jeudi 8 septembre le vingtième siècle s’est fait reléguer définitivement à la place qui lui revient: dans les livres d’Histoire.

Rarement la mort que chacun savait imminente, d’une très vieille dame qui n’a pratiquement jamais exprimé en public une opinion ou un sentiment sur quoi que ce soit, n’a généré, une telle vague d’émotions chez des gens qui ne l’ont jamais rencontrée. Peut-être est-ce parce que depuis près de trois quarts de siècle elle incarnait une forme d’illusion de permanence rassurante, dans un monde de plus en plus mouvant.

On peut s’étonner du pouvoir et de la fascination qu’exerce la monarchie anglaise. Cette institution basée sur des privilèges héréditaires, qui maintient vivace la prééminence d’une classe aristocratique à l’intérieur du pays et la cohésion d’un empire ex colonial dont nous faisons d’ailleurs partie, semble appartenir au passé.

Brise et tempêtes

Si on ajoute le fait que le ou la Monarch y est de plein droit investi de la fonction de chef religieux, on peut s’étonner que la mort de la reine Élisabeth II déclenche aussi chez nous aussi peu de polémique. Nous vivons pourtant dans cet océan de « political correctness » où la moindre brise déclenche des tempêtes. L’affliction témoignée par le premier ministre du Canada qui n’est cependant jamais en reste lorsqu’il s’agit d’afficher sa dévotion aux valeurs à la mode, illustre bien ce paradoxe.

Confit des principes insufflés par une école républicaine et laïque, j’ai dû il y a près d’un demi-siècle surmonter quelques scrupules lorsqu’il m’a fallu prêter serment de loyauté à la Reine et à ses descendants pour obtenir la nationalité canadienne (mais comme le disait Henri IV, Paris vaut bien une messe !).

La monarchie n’est ni dans son principe, ni dans sa pratique « politically correct » pourtant dans le cas de l’Angleterre elle a ouvert la voie au parlementarisme et à nombre d’institutions démocratiques occidentales.

Discrets royaumes

Que les amateurs de reine se rassurent si Elisabeth II n’est plus, Margrethe II, sa cousine éloignée, règne encore depuis plus d’un demi-siècle sur le Danemark qui fait partie de ces discrets royaumes européens. Il y a aussi la Belgique, la Hollande, la Suède, la Norvège, l’Espagne, auxquelles on peut ajouter le Grand-Duché du Luxembourg. Quelques principautés témoignent également du fait que la fidélité à l’Histoire et à ce qu’elle symbolise pour le meilleur et pour le pire, n’est pas incompatible avec l’exercice de la démocratie.

Qui plus est, alors que monarchie signifie étymologiquement pouvoir d’un seul, aucun de ces royaumes européens n’est aujourd’hui menacé d’autocratie, alors que plusieurs républiques le sont. La Russie, la Hongrie la Biélorussie, sont déjà dirigées par des autocrates ou d’apprentis dictateurs; l’Italie va semble-t-il élire ce mois-ci une coalition de droite où figure en bonne place un mouvement héritier du fascisme mussolinien, en France et en Allemagne des partis prônant diverses formes d’autoritarisme connaissent des succès croissants. Même aux États-Unis, un démagogue, soutenu par des milices armées, inspirateur d’un coup d’État avorté, a toutes ses chances aux prochaines élections.

Depuis l’effondrement des régimes communistes, jamais le danger de totalitarisme n’a été aussi présent en Occident.

Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse, dit la sagesse populaire. On peut en dire autant des systèmes politiques peu importe leur genèse si dans les faits ils assurent la prévalence d’une forme acceptable de liberté et de démocratie. Alors, au nom des valeurs qui président à mes convictions républicaines pourquoi ne pas m’écrier avec le peuple : La Reine est morte, vive le Roi !

 

Laisser un commentaire

Autres articles

  • Un pas en avant, deux pas en arrière. Difficile de résumer autrement 24 mois de conflit en Ukraine. Russes et Ukrainiens ont beau multiplier leurs offensives tout au long de la ligne de front, rien ne bouge vraiment. C’est la guerre des tranchées. Une guerre d’usure. À qui finira-t-elle par profiter ?

    S’il ne peut y avoir de victoire absolue, ni d’un côté ni de l’autre, alors comment se terminera la boucherie déclenchée par l’invasion russe du 24 février 2022 ? Difficile à dire, mais plusieurs points se dégagent.

  • Ce dimanche 4 février une  grande manifestation, contre les migrants dans une préfecture française. Ce département à voté à 60 % en faveur de Marine Le Pen à la dernière élection présidentielle, rien donc de bien surprenant. Par contre on peut s’étonner du fait que la population ici soit à 95 % musulmane. De plus, parmi ceux qui manifestent énergiquement contre l’insécurité et l’immigration clandestine, on ne discerne guère de visage de souche européenne.

  • Il faut voir la Statue de la Liberté de très près pour constater que son talon droit est levé.

    Le guide a expliqué que cela signifie que la Liberté est en marche.

    Il n’a pas répondu à la question facétieuse du touriste : vers l’avant ou vers l’arrière ?

  • Même si les morts s’y comptent par dizaines de milliers, le conflit dans la bande de Gaza ne trouble pas trop le reste de la planète, pas plus qu’il n’affecte, à lui seul, le rythme mondial des affaires. On en a déjà vu d’autres dans cette poudrière-là, diront les cyniques et les fatalistes. 

    Il en est autrement à 2300 kilomètres au sud, dans le détroit de Bab el-Mandeb qui ouvre (ou qui ferme) la mer Rouge au reste du «grand bleu» et aux navires qui sillonnent ce dernier: les missiles que s’échangent les miliciens houthis, qui sont maîtres de l’ouest du Yémen depuis 2015, et une coalition mise en place par Washington et Londres ont fait relativement peu de victimes jusqu’ici mais ils ont perturbé plus de 10 % du transport maritime mondial et 35 % de celui qui passe par le canal de Suez.