À propos de l'auteur : Jean-Claude Bürger

Catégories : International

Partagez cet article

Wikipedia

Jean-Claude Bürger

On a dit que ce jeudi 8 septembre le vingtième siècle s’est fait reléguer définitivement à la place qui lui revient: dans les livres d’Histoire.

Rarement la mort que chacun savait imminente, d’une très vieille dame qui n’a pratiquement jamais exprimé en public une opinion ou un sentiment sur quoi que ce soit, n’a généré, une telle vague d’émotions chez des gens qui ne l’ont jamais rencontrée. Peut-être est-ce parce que depuis près de trois quarts de siècle elle incarnait une forme d’illusion de permanence rassurante, dans un monde de plus en plus mouvant.

On peut s’étonner du pouvoir et de la fascination qu’exerce la monarchie anglaise. Cette institution basée sur des privilèges héréditaires, qui maintient vivace la prééminence d’une classe aristocratique à l’intérieur du pays et la cohésion d’un empire ex colonial dont nous faisons d’ailleurs partie, semble appartenir au passé.

Brise et tempêtes

Si on ajoute le fait que le ou la Monarch y est de plein droit investi de la fonction de chef religieux, on peut s’étonner que la mort de la reine Élisabeth II déclenche aussi chez nous aussi peu de polémique. Nous vivons pourtant dans cet océan de « political correctness » où la moindre brise déclenche des tempêtes. L’affliction témoignée par le premier ministre du Canada qui n’est cependant jamais en reste lorsqu’il s’agit d’afficher sa dévotion aux valeurs à la mode, illustre bien ce paradoxe.

Confit des principes insufflés par une école républicaine et laïque, j’ai dû il y a près d’un demi-siècle surmonter quelques scrupules lorsqu’il m’a fallu prêter serment de loyauté à la Reine et à ses descendants pour obtenir la nationalité canadienne (mais comme le disait Henri IV, Paris vaut bien une messe !).

La monarchie n’est ni dans son principe, ni dans sa pratique « politically correct » pourtant dans le cas de l’Angleterre elle a ouvert la voie au parlementarisme et à nombre d’institutions démocratiques occidentales.

Discrets royaumes

Que les amateurs de reine se rassurent si Elisabeth II n’est plus, Margrethe II, sa cousine éloignée, règne encore depuis plus d’un demi-siècle sur le Danemark qui fait partie de ces discrets royaumes européens. Il y a aussi la Belgique, la Hollande, la Suède, la Norvège, l’Espagne, auxquelles on peut ajouter le Grand-Duché du Luxembourg. Quelques principautés témoignent également du fait que la fidélité à l’Histoire et à ce qu’elle symbolise pour le meilleur et pour le pire, n’est pas incompatible avec l’exercice de la démocratie.

Qui plus est, alors que monarchie signifie étymologiquement pouvoir d’un seul, aucun de ces royaumes européens n’est aujourd’hui menacé d’autocratie, alors que plusieurs républiques le sont. La Russie, la Hongrie la Biélorussie, sont déjà dirigées par des autocrates ou d’apprentis dictateurs; l’Italie va semble-t-il élire ce mois-ci une coalition de droite où figure en bonne place un mouvement héritier du fascisme mussolinien, en France et en Allemagne des partis prônant diverses formes d’autoritarisme connaissent des succès croissants. Même aux États-Unis, un démagogue, soutenu par des milices armées, inspirateur d’un coup d’État avorté, a toutes ses chances aux prochaines élections.

Depuis l’effondrement des régimes communistes, jamais le danger de totalitarisme n’a été aussi présent en Occident.

Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse, dit la sagesse populaire. On peut en dire autant des systèmes politiques peu importe leur genèse si dans les faits ils assurent la prévalence d’une forme acceptable de liberté et de démocratie. Alors, au nom des valeurs qui président à mes convictions républicaines pourquoi ne pas m’écrier avec le peuple : La Reine est morte, vive le Roi !

 

Laisser un commentaire

Autres articles

Voir tout
  • C’est le choc malgré le caractère on ne peut plus prévisible de l’évènement. Pourquoi ? Réponse sous forme de question : combien de fois avons-nous entendu ce genre de phrase au cours des derniers jours: « Je n’ai pas connu d’autre reine qu’Élisabeth » ou, si on est indifférent a sa mort (ou si on fait semblant) : « Je n’en ai pas connu d’autre que celle-là .» Surtout si on est un baby-boomer et… God knows qu’on en compte quelques uns au pays du Québec.

    Continuer la lecture
  • Professeur associé à l’université nationale Académie Kyiv-Mohyla de Kyiv, fondée en 1615, Mychailo Wynnyckyj a été conseiller du ministre ukrainien de l’Éducation  et des Sciences. Né à Kitchener, en Ontario, il vit depuis 2003 à Kyiv avec son épouse et leurs quatre enfants. Contacté par courriel, il raconte …

    Continuer la lecture
  • Des émeutiers qui envahissent un Palais présidentiel et qui s’ébattent joyeusement dans la piscine de leurs adversaires, on avait déjà vu pareil spectacle en Ukraine et au Sri Lanka. Le 29 août dernier, c’était au tour de l’Irak de vivre son moment piscine, avec l’irruption des partisans du leader populiste Moqtada al-Sadr dans la « Zone verte », le camp retranché du pouvoir depuis l’invasion américaine de 2003.

    Continuer la lecture
  • L’horizon politique de Donald Trump se confond désormais avec un brouillard d’autant plus épais que le monde a été témoin ces derniers jours d’une avalanche de gestes posés par les autorités judiciaires de l’État fédéral, des États de New York et de Georgie sans oublier la Commission des voies et moyens de la Chambre des représentants.

    Continuer la lecture