À propos de l'auteur : Dominique Lapointe

Catégories : Culture

Partagez cet article

Inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel, Université Laval
Famille d’Eugène et Marie-Louise Leclerc 1936.

Il arrive qu’on confonde intelligence et connaissance, la première étant davantage de savoir utiliser la seconde pour évoluer, s’adapter et créer de toutes pièces de nouvelles connaissances, pour la postérité. Eugène Leclerc, dans ce que l’espèce humaine a développé de plus remarquable, la technique, est un merveilleux exemple de cette intelligence qui, sans qu’il le cherche, est devenue art, grand art. Un savoir-faire que son petit-fils Luc perpétue aujourd’hui.

Dominique Lapointe

Il y a cent ans, Eugène Leclerc s’adonnait à un passe-temps que son métier contemplatif lui permettait, gosser des bateaux. Comme ceux qui l’avaient embarqué à ses 18 ans mais qui, de tempêtes en naufrages, avaient eu raison de son pied pourtant bien marin.

Gardien de phare du Pilier de Pierres, au large de Saint-Jean-Port-Joli, une belle affaire ! Mais en 1922, après dix ans de vigie, Eugène perd son poste quand le nouveau gouvernement libéral installe son monde. Comme son père, il sera alors menuisier-charpentier dans les ports de la région. Toutefois, quatre ans plus tard, un grave accident lui brise la jambe, l’empêchant de poursuivre le métier. À quarante et un ans, comment faire vivre la famille qui compte déjà huit enfants ?

Les bateaux de providence

Pour ne pas sombrer dans la lassitude, il décide de peindre et installer ses bateaux sur la clôture, le long du chemin pour les faire sécher. Il n’en faudra pas davantage pour que des curieux s’arrêtent pour demander si ces œuvres, étonnamment audacieuses, sont à vendre.

Passant dans le village de Saint-Jean-Port-Joli, un « docteur  américain » en vacances réserve le voilier le plus imposant et promet de revenir pour en acheter d’autres. À l’hiver 1929, la véritable production commence. Des meubles, certes aussi au début, mais plusieurs voiliers. Et bientôt, que des bateaux.

C’est ainsi que le marin, gardien de phare, menuisier, à l’œil tout aussi aiguisé que ses couteaux, combinera ses savoirs de la mer dans des œuvres qui, aujourd’hui, témoignent de l’histoire du Saint-Laurent.

Trois générations de Leclerc

Luc Leclerc est encore un enfant quand son père, Honoré, et son oncle, Lucien, les héritiers de la main d’Eugène, mettent la famille à la tâche pendant les vacances estivales.

« Les jeunes de l’époque montaient des modèles réduits de voitures en plastique, nous on fabriquait des pièces de bateau en bois, se souvient Luc Leclerc. Je pouvais passer des heures à tourner une par une les minuscules poulies qui attachent les haubans des mâts à la coque. C’était une sorte de passe-temps mais certains matins on « jumpait » pour aller faire les foins chez le voisin. Ça changeait les idées ! »

Après quelque vingt ans de production en série des frères Leclerc, Luc a repris l’entreprise familiale: « Il y a eu une période où la demande exigeait qu’on se mécanise davantage pour augmenter la production. Quand mon oncle a décidé de vendre l’atelier, nous avons décidé , ma femme et moi, de le reprendre et de revenir aux sources, avec les méthodes de mon grand-père. »

Car les bateaux Leclerc n’est pas qu’affaires d’hommes : « Que ce soit ma grand-mère, que ce soit ma mère ou que ce soit ma femme Linda, c’est certain que les conjointes ont été importantes dans cette aventure. C’est un travail d’équipe. »

À l’atelier, Luc façonne les coques, les mâts, bômes et équipements, tandis que Linda Leblanc monte les fins et complexes cordages ainsi que les voiles, tantôt en coton ou majestueusement sculptées en bois, avec cette brise qui les gonfle pour l’éternité.

Témoins du passé

Depuis un siècle, la renommée des bateaux Leclerc repose entre autres et beaucoup sur le Bluenose, le voilier à deux mâts mythique de la Nouvelle-Écosse qui orne toujours la pièce canadienne de 10 cents. Une élégante goélette profilée née de la rivalité entre pêcheurs canadiens et américains au tournant du 20e siècle. Luc Leclerc raconte : « Le Bluenose a été construit en 1921 et sa renommée en course s’est imposée au moment où mon grand-père commençait à faire du maquettisme un métier. C’était une véritable vedette à l’époque. »

« Je viens de rénover un vieux Bluenose d’Eugène exposé dans un musée d’Halifax. Ce qui est précieux pour eux, c’est que le bateau a été fait à partir de photos floues, de mémoire, de bouches à oreilles, avec des dimensions imparfaites, une coque d’ailleurs plus québécoise que néo-écossaise … Ce n’est que plusieurs années plus tard, lorsque grand-père va tomber sur un numéro du Popular Mechanics,z dans lequel on publiait un plan du Bluenose, qu’il va affiner son modèle. »

Leclerc c’est aussi La Canadienne, une goélette commandée par le gouvernement fédéral et affrétée en 1855 pour patrouiller le Golfe et tenir à distance les pêcheurs américains trop aventureux. Certains modèles sont même équipés de canons de pont pour intimider les intrus.

Autre icône des artisans Leclerc, le Gaspé Trader, un robuste voilier de 1918 qu’on décline en deux, trois, quatre et même cinq mâts, selon les moyens de l’acheteur.

« Un petit bateau au gréement simplifié peut demander quatre ou cinq heures de travail et rapporter une centaine de dollars. Par contre, un bateau complexe du 16e siècle avec plein d’équipement et d’ornements peut exiger six semaines et plus de travail et coûter entre $4 000 et $5 000. »

Certains vieux spécimens du père Eugène toujours en bon état, avec ancres en plomb qu’il coulait lui-même, peuvent facilement rapporter autant chez des antiquaires haut de gamme et dans des encans en Amérique et en Europe.

Pour la suite des Leclerc

Maurice Duplessis, Jean Lesage et même le président américain Theodore Roosevelt ont partagé la table d’Eugène et Marie-Louise quand ils allaient chercher leur commande annuelle.

Aujourd’hui, les collectionneurs avertis font toujours partie de la clientèle, tout autant que les touristes de passage. Mais pour combien de temps encore ?

Après des décennies de goélettes, chalutiers, baleiniers, barquentines etc.. Luc Leclerc ne pense pas à la retraite : « C’est pas dans mes plans d’arrêter. Qu’est ce que ça me donnerait d’aller m’asseoir dans la maison et regarder par la fenêtre ? Des retraités s’arrêtent ici, à Saint-Jean-Port-Joli, et me disent qu’ils viendraient bien me donner un coup de main si je voulais. Je m’aperçois que mon métier c’est comme un hobby ! »

Un hobby, un métier, un art qui n’intéresse pas les enfants de Luc qui sont partis pour la grande ville, ce qui ne gêne pas le moins du monde le père. Il sait pertinemment que, quoiqu’il en soit, les milliers de bateaux partis au large depuis 1929 perpétueront à jamais la tradition Leclerc.

Marie-Pier Morin, Musée Maritime du Québec Gaspe Trader cinq mâts signé E. Leclerc, circa 1957.

Un commentaire

  1. Louise Portal 4 septembre 2022 à 5:17 -Répondre

    Très intéressant et bravo de perpétuer l’inspirante tradition de la famille Leclerc en mots et en collectionneur ⛵️

Laisser un commentaire

Autres articles

Voir tout
  • Ça revient périodiquement, notre langue est une des plus grandes du monde, ce serait même la cinquième, 88 pays, 300 millions de francophones, répartis sur cinq continents, etc. Toutes ces affirmations, régulièrement régurgitées par les politiciens et les médias, proviennent de la très officielle Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dont le Canada, le Québec et le Nouveau-Brunswick sont membres.

    Continuer la lecture
  • Notre poète national, allait naître, rue Lagauchetière, à Montréal, en la veille de Noël, le 24 décembre 1879, issu d’un père irlandais, peu sensible à la langue et à la culture canadienne-française. C’est pourtant à Rimouski, dans le Bas Saint-Laurent, en la cathédrale, que David Nelligan épousa Émilie-Amanda Hudon, fille du premier maire de la ville: sensible, intelligente, musicienne, Émile portera en filigrane, en ses gênes, les qualités essentielles qui firent de lui un poète; et dont la carrière fut tragiquement écourtée par un père castrant, inspecteur des Postes, par sa fonction; ce qui, d’ailleurs, l’éloignait fréquemment de la maison.

    Continuer la lecture
  • Il en va des langues comme des espèces, il leur arrive parfois de disparaître. Ainsi, au début du XXe siècle, la langue maternelle de la plupart des Français n’était pas le français, mais plutôt leurs langues régionales. Puis, à partir des années soixante, de plus en plus de parents ont cessé de les transmettre à leurs enfants. L’hécatombe est générale. En 1900 95 % des Alsaciens se déclaraient dialectophones, en 1997, 63 % et en 2012 43 %.

    Continuer la lecture
  • Attendu que la question se pose, chaque fois que nous avons la tentation d’interroger l’Histoire.  Et il est vrai que, de nos jours, on décline rarement Pierre de Ronsard (1524-1585) et sa fameuse Mignonne: «Allons voir si la rose / Qui ce matin avait déclose / Sa robe de pourpre au soleil / A point perdue ceste vesprée / Les plis de sa robe pourprée / Et son teint au vostre pareil.»La question, bien sûr, se pose naturellement au registre de la Francophonie, plutôt malmenée - pour l’heure - en l’Hexagone.

    Continuer la lecture