• Il arrive qu’on confonde intelligence et connaissance, la première étant davantage de savoir utiliser la seconde pour évoluer, s’adapter et créer de toutes pièces de nouvelles connaissances, pour la postérité. Eugène Leclerc, dans ce que l’espèce humaine a développé de plus remarquable, la technique, est un merveilleux exemple de cette intelligence qui, sans qu’il le cherche, est devenue art, grand art. Un savoir-faire que son petit-fils Luc perpétue aujourd’hui.

    Continuer la lecture
  • Ça revient périodiquement, notre langue est une des plus grandes du monde, ce serait même la cinquième, 88 pays, 300 millions de francophones, répartis sur cinq continents, etc. Toutes ces affirmations, régulièrement régurgitées par les politiciens et les médias, proviennent de la très officielle Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dont le Canada, le Québec et le Nouveau-Brunswick sont membres.

    Continuer la lecture
  • Notre poète national, allait naître, rue Lagauchetière, à Montréal, en la veille de Noël, le 24 décembre 1879, issu d’un père irlandais, peu sensible à la langue et à la culture canadienne-française. C’est pourtant à Rimouski, dans le Bas Saint-Laurent, en la cathédrale, que David Nelligan épousa Émilie-Amanda Hudon, fille du premier maire de la ville: sensible, intelligente, musicienne, Émile portera en filigrane, en ses gênes, les qualités essentielles qui firent de lui un poète; et dont la carrière fut tragiquement écourtée par un père castrant, inspecteur des Postes, par sa fonction; ce qui, d’ailleurs, l’éloignait fréquemment de la maison.

    Continuer la lecture
  • Il en va des langues comme des espèces, il leur arrive parfois de disparaître. Ainsi, au début du XXe siècle, la langue maternelle de la plupart des Français n’était pas le français, mais plutôt leurs langues régionales. Puis, à partir des années soixante, de plus en plus de parents ont cessé de les transmettre à leurs enfants. L’hécatombe est générale. En 1900 95 % des Alsaciens se déclaraient dialectophones, en 1997, 63 % et en 2012 43 %.

    Continuer la lecture
  • Attendu que la question se pose, chaque fois que nous avons la tentation d’interroger l’Histoire.  Et il est vrai que, de nos jours, on décline rarement Pierre de Ronsard (1524-1585) et sa fameuse Mignonne: «Allons voir si la rose / Qui ce matin avait déclose / Sa robe de pourpre au soleil / A point perdue ceste vesprée / Les plis de sa robe pourprée / Et son teint au vostre pareil.»La question, bien sûr, se pose naturellement au registre de la Francophonie, plutôt malmenée - pour l’heure - en l’Hexagone.

    Continuer la lecture
  • Le tableau préféré de Marie-Anastasie qu'elle aurait souhaité voir suspendu au-dessus de sa dépouille, lors de son décès survenu le 14 octobre 1989 : il faisait beau comme un jour d'été !   Le voeu, le souhait n'a guère trouvé audience auprès de ses soeurs, portées sur la réserve.

    Continuer la lecture
  • Quoi de mieux, en guise d’évocation, que l’irremplaçable souvenir qui demeure. Car enfin, tout allait s’amorcer par un monument, dont l’inauguration fit débat : premier hommage public jamais rendu à Louis Hémon, une stèle fut offerte par les membres de la Société des Arts, Sciences et Lettres, de Québec,en 1919, à peine six ans après la disparition tragique de son auteur. Coût réel de l’entreprise : 800 $. Mais enfin, que dire de l’homme, qui n’ait encore jamais été livré ?

    Continuer la lecture