• Le Parti conservateur du Québec (PCQ) et son chef Éric Duhaime joueront-ils les trouble-fête dans une campagne électorale qui s’annonçait sans surprise et dont l’issue semble écrite d’avance, la seule inconnue de l’élection générale du 3 octobre étant de savoir qui formera l’Opposition officielle à l’Assemblée nationale ?

    Continuer la lecture
  • Le Parti conservateur du Québec a pris son envol quand son chef Éric Duhaime s’est proclamé le défenseur de la liberté individuelle en opposition aux restrictions  pour contrer la Covid.

    Continuer la lecture
  • Le 3 octobre, nous serons appelés à renouveler les membres de l’Assemblée nationale, des gens qui, ainsi le veut la théorie, nous représenteront. Pourtant, si on en juge par le résultat des précédentes élections générales, les élus de 2018 sont loin de refléter la réalité de la société québécoise : 27,2 % de femmes députées contre 50,3 % de Québécoises, 84 % de personnes de plus de 40 ans contre 52 % dans la population générale, 79 % de diplômés des universités contre 29 %. Donc, très souvent, des gens qui nous représentent, mais ne nous ressemblent pas.

    Continuer la lecture
  • À l’approche de l’élection québécoise, le PLQ a moins d’appuis dans les sondages qu’il n’en a récolté dans ses deux plus grandes défaites en plus d’un siècle et demi. Sous ses deux derniers premiers ministres, Jean Charest en 2007 et Philippe Couillard en 2018. Pente glissante.

    Continuer la lecture
  • Il y a longtemps que tout un chacun annonce que le Parti québécois aura été le parti d’une seule génération. À deux mois de l’élection, les militants péquistes clameront que l’hypothèse était fausse et ils auront raison : le PQ aura réussi à vivre … deux générations.

    Continuer la lecture
  • Le porte-parole de Québec Solidaire  a modifié le programme de son parti sur le port de signes religieux dans les services publics. Son éventuel gouvernement permettrait « le port de signes religieux pour que tout le monde puisse travailler au Québec, peu importe ses croyances».

    Continuer la lecture
  • Depuis des semaines, le dossier de l’immigration défraie la manchette au Québec. Et pour cause, cet enjeu aux multiples facettes tant politiques qu’économiques et sociales touche au cœur même de la capacité du Québec de protéger sa culture et sa langue, le français.

    Continuer la lecture
  • L’opinion publique ne varie pas fondamentalement sur une courte période, l’orientation politique ne change pas grandement à court terme. Ce qui évolue, c’est la perception que l’électorat a des partis politiques.

    Continuer la lecture
  • François Legault dit préférer l'intégration des immigrants à la hausse de leur nombre. La pénurie de main d’œuvre amène les milieux d’affaires à réclamer plus d’immigration, d’autres voient là une volonté d’importer de la main-d’œuvre bon marché.

    Continuer la lecture
  • Le directeur général des élections du Québec a choisi le jour du début de la visite officielle du prince Charles, le 17 mai, pour annoncer la radiation du Parti royaliste du Québec de la liste des partis politiques.

    Continuer la lecture